Bienvenue

De mon enfance, j’ai gardé une multitude de jolis souvenirs : mon papa qui écoutait La Flûte Enchantée le dimanche, les magazines et romans que j’adorais lire, les repas partagés en famille sans bruit de fond, faire le marché avec ma maman puis manger les bons produits, les balades à vélo, patienter lorsque je voulais obtenir quelque chose qui me plaisait, jouer dehors avec mes frère et soeur, jardiner, nourrir les chats, fêter l’été, Pâques et Halloween dans les rues du quartier avec nos voisins… J’en oublie ! Mes parents m’ont également transmis le goût des belles choses ❤

De son côté, ma mère m’a fait découvrir les achats de seconde main. Ce n’était pas systématique mais tout était concerné : fringues, jouets, livres, électro-ménager, meubles… Aussi, sa participation à la vie associative du quartier avec l’organisation de vide-grenier et la création d’un Système d’Échange Local puis d’une AMAP m’ont sensibilisée à l’économie circulaire et au partage. Et il y a eu l’apparition du commerce équitable avec ses saveurs exotiques inconnues et ses odeurs merveilleuses que ma mère a rapidement adopté.

L’année de mes 16 ans, mes parents m’ont poussée à faire du volontariat international durant l’été et c’est devenu, pendant cinq ans, ma bouffée d’air annuelle. J’y ai appris la vie en communauté et l’ouverture d’esprit pour les autres, j’y ai soigné ma timidité, pratiqué mon anglais…

J’en oublie sûrement. Tout ceci a participé à faire celle que je suis aujourd’hui.

Lorsque j’ai quitté le nid et que j’ai commencé à travailler, j’ai laissé de coté tout ça. Sans faire de psychologie de comptoir, j’avais certainement besoin de tester autre chose pour trouver le mode de vie qui me correspondait et que j’aurais choisi. Je dis toujours que « c’est en essayant qu’on sait si ça nous plait ».

Pendant plusieurs années, alors que je recevais mes premiers salaires, j’ai basculé dans un mode de vie et une consommation dictés (je peux le dire avec le recul) par le marketing. Mes lieux favoris étaient les boutiques et les supermarchés, et mon plus grand plaisir était d’acheter de nouveaux produits, de nouvelles choses. J’ai toujours eu tendance à accumuler et là j’étais en plein dedans !

Et puis un jour, j’ai eu un déclic. Tout a commencé avec une histoire de shampoing (j’en parle dans cet article). C’est drôle mais j’ai longuement réfléchi et je suis certaine que mon changement de vie est parti de mes cheveux.

Depuis, parce-qu’un changement de vie se fait rarement d’un seul coup, je modifie petit à petit chaque aspect de mon quotidien. Aujourd’hui, je suis persuadée qu’on peut se sentir bien autrement qu’avec du pétrole sur la peau et des pesticides dans l’estomac (entres autres).

Dans ce blog je partage ma prise de conscience, mes découvertes, mes expériences et mes sentiments sur toutes les alternatives au mode de vie qu’on appelle « conventionnel ». Je ne juge pas ceux qui ne font pas comme moi et je ne souhaite pas non plus donner de leçon. Je ne pense en aucun cas que je sais mieux que personne comment vivre, mais j’adore faire part à ceux que ça intéresse de mes explorations et mes trouvailles.

Ici on partage, on échange, on bavarde… Et toujours de façon courtoise et bienveillante s’il vous plait 🙂

Si vous aussi vous pensez qu’on peut être bien… autrement, alors vous êtes les bienvenu.e.s !

Publicités